Conception et Chorégraphie : Sophie Boursier / Interprètes : Anthony Roques, Océane Sasizza / Musique : Mahmoud Fadl, Hicham Chahidi, Yasmine Hamdan / Coordination et Communication : Charlotte Lafaye / Production et diffusion : Cécile Graziani (Realiz)

Calendrier

20 au 23 mai 2021 : résidence au Studio Antipodes, Nice

29 juin au 2 juillet 2021 : résidence au studio de l'Entre-Pont, Nice

29 et 30 juillet 2021 : résidence au Studio Antipodes, Nice

1er août 2021 : Programmation Mon été à Nice, colline du château

Partenaires

DRAC PACA France Relance / Ville de Nice / Département 06 / Realiz / Studio Antipodes / L'Entre-Pont

Sad(Création en cours)

Théâtre de Verdure, Nice

Dans le cadre de "Mon été à Nice"

13 août 2020

Sada est une nouvelle création qui explore la notion d’état de transe, elle est une invitation à la rencontre de soi. Ici, je m’intéresse au rapport qu’elle entretient avec notre être le plus profond.

 

Dans son ouvrage Musique et transe chez les Arabes, Gilbert Rouget explique que la transe est amenée par l’audition et dépend de l’état de pureté du cœur de celui qui l’écoute. Le mouvement émane de cette intention : chaque geste, chaque regard est pleinement incarné. L’honnêteté du geste est au cœur de mon processus chorégraphique ; celui-ci remet en question le mouvement dans sa dimension de représentation. J’ai souhaité porter mon attention sur comment ce dernier se retrouve façonné par notre structure perceptive humaine et peut ainsi en limiter sa densité et sa pureté. 

Sada signifie "résonance” en arabe, telle une onde qui se déploie. Ce titre est une métaphore de l’énergie vitale qui circule à travers nous et ses répercussions sur l’autre et le groupe. À travers la forme du duo, les danseurs se portent l’un l’autre, s’aidant à se rapprocher un peu plus près de leur âme, de leur propre vérité. Les corps des interprètes s'abandonnent, immergeant le public dans un crescendo enivrant d’exaltation et de révélation.

Sada est une cérémonie chorégraphique contemplative moderne, un instant dansant flottant où le temps de notre société laisse place à celui de notre humanité. ”


Sophie Boursier,
Chorégraphe de la Cie Phase.